La découverte d’un gêne surprise pourrait soutenir la thèse des agents pathogènes et des toxines avec l’EM