L’acupuncture et l’encéphalomyélite myalgique

Publié vendredi mars 26, 2021 par AQEM

Lors d’une récente rencontre virtuelle, Catherine, ancienne acupunctrice et professionnelle de la médecine traditionnelle chinoise, aujourd’hui atteinte d’EM, est venue nous partager ses connaissances sur son ancienne profession. Le but de la rencontre était de démystifier l’acupuncture et sa pratique, afin de voir comment on peut intégrer cette technique lorsqu’on est atteint d’EM, non pas pour guérir la maladie, mais bien apaiser certains de ses symptômes.

 

Nous vous rappelons que l’AQEM vous recommande de consulter un professionnel de la santé avant d’entreprendre tout traitement. Le texte ci-dessous n’est pas une recommandation médicale et ne saurait remplacer les conseils de votre médecin.

 

Qu’est-ce que l’acupuncture ?

L’acupuncture est un acte de stimulation exercé sur certains endroits spécifiques du corps humain, dans le but d’aider à soulager la douleur ou apaiser certains symptômes.

L’acupuncture utilise généralement des aiguilles (elles doivent être stériles et emballées individuellement, déballées seulement devant vous avant le traitement). L’acupuncteur peut également utiliser d’autres techniques de stimulation, telles que :

  • la chaleur : moxibustion, lampe chauffante
  • les pressions : ventouses, massage ruina, acupression, bille pression
  • l’électricité : l’électro-acupuncture
  • le rayon lumineux : laser doux

Définition de l’Association des acupuncteurs du Québec

 

Le choix de la technique

Dans le cas des personnes atteintes d’encéphalomyélite myalgique, il est préférable d’avoir recours à la méthode plus douce du laser, comparativement aux aiguilles, si c’est possible. Le laser se veut moins invasif et dans les cas des personnes atteintes d’EM, qui réagissent souvent plus fortement aux stimuli, la douceur est toujours à prioriser.

 

À noter qu’il est aussi plus prudent d’éviter l’utilisation de ventouses afin de limiter au maximum de provoquer un effet de malaise post-effort. La ventouse aura un effet de succion sur le corps et aura un effet un peu plus drainant sur l’énergie, plutôt que de la stimuler.

Pour en apprendre plus sur les différentes techniques utilisées en acupuncture, cliquez ici.

 


Aucun acupuncteur ne saurait promettre une guérison de la maladie et il est important de bien se renseigner sur le droit de pratique de celui-ci et demander conseil à votre médecin avant d’entreprendre des traitements. 


 

Comment choisir son acupuncteur ?

Bien choisir son professionnel est primordial. Tout d’abord, vous devriez vérifier le droit de pratique de l’acupuncteur ainsi que son niveau d’expérience. Cette information est publique et facilement accessible sur le site web de l’ordre des acupuncteurs du Québec.

La première rencontre est également très importante. Un professionnel qui vous promet une guérison est très suspect et doit être évité. S’il vous parle d’une thérapie très longue et d’un traitement qui vous engage sur un très long terme, vous devez également vous inquiéter. Il est bien évident qu’un seul traitement ne vous procurera probablement pas les bienfaits souhaités, mais il est essentiel d’user de logique et de ne pas s’embarquer avec un professionnel qui vous propose un traitement seulement sur du long terme. Quelques séances peuvent être faites afin de voir s’il y a un effet ou non sur le symptôme ciblé et ensuite réévaluer l’utilisation de l’acupuncture dans votre plan de traitement.

 

Nous vous rappelons qu’à tout moment, il est important de cesser toute pratique, quelle qu’elle soit, en cas de détérioration de votre état de santé. 

 


 

Pour plus d’information

Pour vérifier le droit d’exercice et le nombre d’années d’expérience d’un acupuncteur ou en trouver un qui pratique dans votre région, visitez le site de l’Ordre des Acupuncteurs du Québec

Pour en apprendre plus sur les champs d’intervention en médecine traditionnelle chinoise, visiter le site de l’Association des Acupuncteurs du Québec (AAQ)

Pour consulter la Loi sur l’acupuncture, cliquez ici